Articles marqués avec ‘hébergement d’urgence’

Situation des migrants : la Ville de Paris est au travail pour apporter des solutions

Written by Daniel Vaillant. Posted in Daniel Vaillant, En circonscription

Suite à une interview que j’ai accepté de donner pour le compte du site internet de Public Sénat, je souhaite préciser ma position sur ce sujet difficile.

La situation des migrants qui survivaient dans des conditions déplorables sur le secteur du métro Chapelle, était déjà suivie par la Mairie du 18e alors que j’en étais encore le maire. Mon successeur Eric Lejoindre, ainsi que la Maire de Paris Anne Hidalgo, ont continué à travailler pour essayer de régler avec la plus grand humanité cette situation très complexe.

Face à l’indécence de la situation, des conditions d’hygiène exécrables et des risques en matière de santé publique, l’évacuation du campement s’imposait. La Ville de Paris en avait donc fait la demande à l’État, à la stricte condition de la mise en place d’un hébergement d’urgence pour tous les migrants concernés.
C’est la raison pour laquelle le processus a pris du temps.

Cela ne signifie pas pour autant que rien n’a été fait par la Mairie du 18e et la Ville de Paris depuis des mois.
Dès janvier, la Ville de Paris a mandaté et financé l’association Emmaüs afin qu’elle sensibilise les migrants à leurs droits et les accompagne dans leurs démarches. Elle a relogé pendant tout l’hiver les femmes avec enfants recensées dans le campement et a également pris en charge, par l’intermédiaire de l’aide sociale à l’enfance, tous les mineurs isolés.

Le rôle de l’État et de la Ville de Paris est de permettre à ces personnes d’être accueillies avec humanité et dans des conditions décentes le temps de faire un point sur leur situation. Toutes celles et ceux qui souhaitent demander l’asile en France y sont invités et accompagnés, et le Ministre de l’Intérieur l’a encore rappelé récemment à l’Assemblée nationale. En revanche, certaines personnes ne le souhaitent pas, et n’ont donc pas vocation à rester sur notre territoire.

Malgré le travail effectué par les associations, la Ville et l’État, un certain nombre d’organisations politiques cherchent une existence médiatique en incitant certains des migrants à dormir sur l’espace public, quitte à susciter un affrontement avec les forces de l’ordre.

Pourtant, je souligne que depuis le démantèlement du campement, l’État et la Ville de Paris ont mis en place un hébergement d’urgence pour chacune et chacun des migrants. Malgré cette réponse à la hauteur de la situation, plusieurs dizaines de places sont restées vacantes chaque jour depuis lors.

C’est en cela que je déclarais refuser une « jungle », qui n’était en aucun une image dont la connotation serait extrêmement douteuse, mais une référence précise à ce qui avait été baptisé la « jungle de Calais » après la fermeture brutale de Sangatte par Nicolas Sarkozy, alors Ministre de l’Intérieur.

La France est une terre d’accueil, mais elle est aussi un état de droit qui doit bénéficier à chacune et chacun de la même manière. Celles et ceux qui ont d’ores et déjà obtenu le statut de réfugié ont bien évidemment leur place ici, tout comme les demandeurs d’asile.

C’est pourquoi je soutiens pleinement la proposition faite par Anne Hidalgo de créer un lieu où les personnes livrées à elles-mêmes pourraient être accueillies une quinzaine de jours dans des conditions décentes, afin de pouvoir décider de leur avenir.