Articles marqués avec ‘Mairie 18’

« Plus personne ne prie dans la rue dans le 18e »

Written by Daniel Vaillant. Posted in Daniel Vaillant

RELIGION – L’ouverture à la mi-décembre d’une salle de prière dans le tout nouvel Institut des cultures d’Islam puis la création d’ici deux ans d’une autre salle à Barbès devraient enfin satisfaire de façon durable la demande des musulmans pratiquants du 18e arrondissement selon son maire Daniel Vaillant.

Photo : KENZO TRIBOUILLARD / AFP

C’était il y a un peu plus de deux ans, à l’été 2011. Faute de place dans les mosquées alentours, de nombreux musulmans priaient encore dans les rues de la Goutte-d’Or, dans le 18e arrondissement. Marine Le Pen comparait le phénomène à « l’Occupation allemande » de la Seconde guerre mondiale, et Claude Guéant, alors ministre de l’Intérieur, parlait d’interdire ces rassemblements au nom du « principe de laïcité ». Une polémique qui semble aujourd’hui bien loin. « Plus personne ne prie dans la rue dans l’arrondissement » affirme Daniel Vaillant, le maire (PS) du 18e. Ce que confirme la préfecture de police de Paris selon laquelle il n’y a plus de « soucis » depuis l’ouverture de « bâtiment de délestage » il y a deux ans.

Le Qatar pas le bienvenu dans la future salle de prière de Barbès

Dans les faits, le réaménagement en 2011 de l’ancienne caserne des pompiers près de la porte de Poissonniers a permis de régler provisoirement la question. De 4000 à 6000 fidèles y convergent chaque vendredi, venus de toute la région parisienne. Mais cette caserne n’a pas vocation à devenir un lieu de culte « sur le long terme » selon Daniel Vaillant. D’où la création de l’Institut des cultures d’islam, financé par la Ville de Paris, dont le premier bâtiment est inauguré ce jeudi rue Stephenson. Un Institut qui comprend, outre un hall d’exposition et un hammam, une salle de prière de 300 m2 au premier étage, capable d’accueillir jusqu’à six cents fidèles. C’est l’association propriétaire de la Grande Mosquée de Paris qui a racheté à la Ville l’espace de culte au nom du principe de séparation de l’Eglise et de l’Etat.

L’offre de lieu de culte sera complétée d’ici deux ans par la création d’une autre salle de prière, plus vaste, dans le second bâtiment de l’Institut des cultures d’Islam qui verra le jour à la place du hangar transformé en mosquée rue Polonceau, dans le quartier de Barbès. Les travaux seront, cette fois encore, financés par la mairie de Paris qui devra revendre l’espace de culte à un acheteur privé. Daniel Vaillant voudrait que celui-ci soit lié à l’association africaine cultuelle qui gère la salle de prière provisoire située dans l’ancienne caserne des pompiers. « Les travaux n’ont pas encore commencé mais on a déjà des acheteurs potentiels, poursuit le maire du 18e. On a posé plusieurs conditions à la vente : pas d’argent liquide et des principes religieux en adéquation avec la République. Et pour être clair, on préférerait que ce ne soit pas un Etat qui se porte acquéreur. » Une façon d’éconduire poliment les monarchies du Golfe en général et le Qatar en particulier ?